Face A

Language is easy but talking is not

jeudi 16 octobre 2014

Quarante ans, dans dix jours.

Il y a dix ans, j’écrivais ici ou ailleurs, sur un de ces journaux sans cesse effacés et recommencés, que l’année de mes trente ans allait peut-être s’avérer décisive, que bien des choses allaient changer. Belle tentative d’auto-persuasion ! 

Je sais désormais, avec certitude. Ma faiblesse, mes constants atermoiements, ma propension à ne regarder finalement qu’en arrière ; même lorsque mon regard semble tourné vers l’avant, ce sont les bribes de mon passé que je guette, les miettes de ma candeur adolescente que je cherche, les restes de mon enthousiasme d’autrefois, écrasés, enfouis, abîmés et salis.

Oh, bien sûr, je ris encore parfois. Je frémis quelquefois sous un vent passager, je saisis une image, je capture un instant ou je fixe un regard, toujours en silence.
Bien sûr.
Mais défait de tout ce qui me faisait autrefois léger, et lourd désormais de cette indicible et sourde angoisse qui grouille au plus profond de moi, tapie et aux aguets, prête à me dévorer.

Je crois que j’ai peur.

Peur de devenir encore plus celui que je suis déjà. De m’effondrer encore et toujours, me replier, me recroqueviller. Me laisser abattre.

Oui, c’est ça, j’ai un peu peur de moi.

Posté à 14:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Et à ce moment, Dieu confia à Abraham : Lèh' léh'a (va vers toi-même)

    Posté par Dan , dimanche 19 octobre 2014 à 23:39
  • תודה לך דן

    Posté par farf , lundi 20 octobre 2014 à 12:04

Poster un commentaire