Face A

Language is easy but talking is not

mardi 14 octobre 2014

Pour la première fois depuis longtemps, ce soir le ciel était découvert lorsque je suis sorti dans la cour après le repas. À dire vrai, je l’avais de toute façon quelque peu délaissé ces deux dernières semaines tant mes pensées étaient tournées vers autre chose.

Tout à l’heure, la chienne à mes côtés, j’ai machinalement levé les yeux et je me suis étonné de voir autant d’étoiles. La traînée diaphane de la Voie Lactée presque au zénith, le carré de Pégase, Andromède et Persée étonnament riches de nombreuses étoiles dans ce ciel pourtant teinté des lumières baveuses de ma petite ville.

« Tu vas bien, AnNa ? »

Elle ne bougeait pas, semblant m’attendre sagement pour rentrer à la maison.

« Parce que moi, tu vois, ça va pas du tout. »

Je me suis alors tourné vers la portion déclinante du ciel d’été pour un dernier regard vers le majestueux Cygne, planté comme une immense croix encore fort lumineuse dans la blancheur du halo citadin. Puis, emboîtant le pas à la chienne, j’ai longé la maison dans l’obscurité, guidé par la faible lumière provenant de la cuisine.

Il était temps que je rentre à la maison, à la raison, et que je retourne enfin un peu vers celui qui partage mon lit depuis quinze ans.

 

Posté à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire