Face A

Language is easy but talking is not

mercredi 30 mai 2007

C'est vraiment parce que c'est toi, zvezdo… et tu vas être déçu. Quatre livres importants de mon enfance La série du Club des Cinq (Enid Blyton), la série des Caroline, les séries des Conquérants de l'impossible et des Évadés du Temps de Philippe Ebly… Idem entre l'enfance et l'adolescence Poésies d'Arthur Rimbaud (édition du Livre de Poche 1960, trrrrès important), Le Spleen de Paris de Charles Baudelaire, Mon ami Frédéric, de Hans Peter Richter, Tistou les pouces verts de Maurice Druon. Quatre écrivains que je... [Lire la suite]
Posté par disparu à 10:45 - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 24 mai 2007

Comme un imbécile, je remets mon cœur d'artichaut à l'épreuve ces derniers jours. Je dois reconnaître que je le cherche un peu, mais il faut dire aussi que c'est agréable de sentir cette petite étincelle de temps à autre. Et cette fois-ci, pas de risque sérieux de refaire l'erreur de la dernière fois - près de 1000 kilomètres nous séparent, et je me force à garder les distances, même si je repousse toujours la limite du moment où ce sera trop loin. Un garçon aimé il y a longtemps m'avait dit un jour « Toi, tu es un garçon... [Lire la suite]
Posté par disparu à 16:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 17 mai 2007

Il est de ces plages de vide qui donnent l'illusion du plein, comme un interminable faux plat.Ces dernières semaines en sont la parfaite illustration. Je me noie dans le travail et la musique, en un surplace frustrant mais qui occupe. Dans un mois nous partirons pour quelques jours, oh, pas longtemps. Les chats, la chienne, tout ça… nous apercevrons Berlin plus que nous ne la verrons, j'imagine. Un passage en coup de vent à Cologne, et nous serons déjà de retour. Et il nous faudra recommencer.Je perds le goût. Mes yeux se mouillent à... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 22 avril 2007

C'est sous un soleil estival que nous sommes allés voter ensemble, fait remarquable. Nous avons emmené la chienne avec nous, et l'un la gardait à l'extérieur pendant que l'autre accomplissait son devoir.Je ressens toujours une sorte de vertige au moment où je rentre dans la salle des fêtes, et c'est dans un brouillard assez désagréable que je prends quelques bulletins et que je me rends dans l'isoloir.Et à la sortie, cette angoisse de savoir si je ne me suis pas trompé - non pas trompé dans mon choix de vote, il était fait depuis... [Lire la suite]
Posté par disparu à 15:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 21 avril 2007

J'avais déjà parlé de Matthieu et de sa famille. Une famille turbulente aux rapports conflictuels, marquée par le chômage, l'alcool et la violence. Une famille typique de ce quartier considéré par certains comme le furoncle de la ville.Le père de Matthieu s'est pendu il y a quelques mois dans le garage de la maison. Il a laissé derrrière lui trois garçons et trois filles, privés de père en pleine adolescence, à cet âge où l'on grandit trop vite. Des adolescents qui manquaient déjà sérieusement de repères et de stabilité, hormis celui... [Lire la suite]
Posté par disparu à 18:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
jeudi 12 avril 2007

Sous le soleil encore haut et chaud de cette fin d'après-midi, j'ai pris plaisir, comme chaque printemps, à regarder autour de moi ces corps de garçons qui commencent à s'offrir à la vue ; le retour des débardeurs a tout pour me ravir, et aujourd'hui tous me semblaient désirables, alors qu'hier encore je trouvais si laids cette ville et ses habitants.C'est très fort, cette forme d'oubli dans lequel me plonge cette observation affolée. C'est ainsi que je n'ai pas répondu, moi d'ordinaire si poli, au bonjour de la caissière de Franprix,... [Lire la suite]
Posté par disparu à 18:38 - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 5 avril 2007

Si par hasard…

Une escapade à Paris, une journée entière à marcher, marcher, marcher dans un vent froid et violent. J'aime faire ainsi le touriste dans cette ville que j'ai pourtant déjà vue souvent. Cette perspective vertigineuse du Louvre à la Défense, et la poussière des Tuileries qui virevoltait dans les airs. Les grands magasins, le Marais et cette sorte d'incompréhension - comment vivent-ils, ces gens, ici ? Et cette remarque ingénue de ma mère alors que nous passions devant un de ces bars gay tendance bear, lieu sombre laissant apercevoir une... [Lire la suite]
Posté par disparu à 12:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 29 mars 2007

Levé assez tôt, comme depuis une dizaine de jours. La journée s'annonçait radieuse, puis le ciel a viré tout à coup au gris et une froide humidité s'est invitée dans mon bureau. J'ai refermé la fenêtre et suis descendu ramasser le courrier. Le colis que j'attends n'est toujours pas arrivé, quelques livres sur Berlin et l'Allemagne qui devraient nous mettre en appétit. Nous ne savons encore où nous arrêter sur la route de Cologne à Berlin, peut-être ferons-nous un crochet jusqu'à Dresde, à moins que ce ne soit Göttingen…Grosse fatigue... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 7 mars 2007

J'ai gentiment forcé la main au destin et finalement, nous verrons non seulement Cologne mais aussi Berlin au mois de juin. Cela va faire plus de sept ans que je n'y suis pas retourné.La première fois, de passage pour une journée avec le lycée quelques semaines à peine après la Wende, j'avais cassé au marteau des morceaux de mur conservés précieusement.Je garde un souvenir ému de mes premières vraies déambulations berlinoises, quatre ans plus tard ; j'avais dix-neuf ans à peine et avais obtenu de l'Université de Potsdam une bourse... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]
dimanche 4 mars 2007

C'est parfois cette impression d'avoir tout perdu qui se résume tout entière dans ce soleil d'hiver éblouissant, dans le silence de mon bureau, un dimanche après-midi. Cette impression tenace de voir s'enfuir la vie alors que rien ne permettrait de le dire. La vie entière qui semble se dissoudre dans la lumière finissante, alors que je souriais encore il y a une minute et que je sourirai à nouveau dans un instant peut-être. C'est bête, ces pensées moches qui déboulent tout à coup comme pour combler le vide de nos vies que nous ne... [Lire la suite]
Posté par disparu à 15:59 - Commentaires [5] - Permalien [#]