Face A

Language is easy but talking is not

mardi 29 janvier 2008

Le froid dans mon bureau m'engourdit les doigts dès que je ne tape plus sur le clavier. Le gris du ciel s'obscurcit et la musique trop forte qui sort de mes haut-parleurs ne parvient pas à me satisfaire. La chatte, seule désormais, dort derrière moi sur le fauteuil rouge et noir, comme depuis le début du mois. Hier, 28 janvier, cela faisait tout juste sept ans que mon père choisissait d'être seul avec moi dans sa chambre d'hôpital pour arrêter définitivement de respirer. J'éprouve une sorte de lassitude à penser ainsi à lui tous les... [Lire la suite]
Posté par disparu à 18:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 15 janvier 2008

Voilà bientôt deux semaines que l'un de nos deux chats a disparu. Coursé par la chienne prise ce soir-là d'un accès de folie, il a disparu au fond de la cour et n'est pas revenu. Aujourd'hui, le ciel gris clair nous envoie un vent froid doublé d'une bruine invasive, qui semble pénétrer par tous les pores pour vous glacer le corps. Hier soir, mon homme m'a dit qu'il le sentait ainsi : 2008 allait être pour nous l'année des grands changements. Tous les sept ans, cela revient. Effectivement, 2001 avait été riche en bouleversements de... [Lire la suite]
Posté par disparu à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 27 décembre 2007

La route fut très longue et semée d'embûches ; le mieux, une vitre électrique qui refuse de remonter après le péage alors qu'il fait -3° dehors. Très agréable sur l'autoroute à 130 kilomètres à l'heure. Le brouillard tombe entre Troyes et Dijon et ne nous quitte plus jusqu'à destination. Beaune, Lyon, St-Etienne… À l'arrière de la voiture, la chienne malheureuse ne sait plus comment se mettre et finit par s'endormir sur les 100 derniers kilomètres. À l'arrivée, la soirée a déjà commencé. Très vite, tout va mieux et je suis ravi de... [Lire la suite]
Posté par disparu à 12:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 16 décembre 2007

Pour son anniversaire, mon homme a reçu à l'instant sur son téléphone portable un lapidaire message multimédia composé uniquement du splendide et saisissant Désespéré de Courbet, précédé d'un laconique « Bon anniversaire ». Troublant.Pour ma part, son regard alors qu'il parcourait le cadeau que j'avais passé plusieurs heures à lui confectionner a suffi à illuminer ma journée.
Posté par disparu à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 10 décembre 2007

Il est déjà midi. Les nuages noirs traversent le bout de ciel de ma fenêtre à vive allure, poussés par un vent qui ne décolère pas. Au moins a-t-il chassé la pluie quelques instants. Il me vide également l'esprit, semble-t-il. Je suis un gouffre ces jours-ci, ces semaines-ci devrais-je dire. Un creux, un vide qui résonne d'un écho insignifiant. Une coquille vide qui essaie d'engranger, se gave de musique et rien d'autre. Septembre et novembre, les mois maudits, se sont donné rendez-vous en décembre.Grande première, véritable... [Lire la suite]
Posté par disparu à 12:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 3 décembre 2007

Et si…Il est des pensées soudaines et des souvenirs oubliés par lesquels surgissent au cœur de la nuit des questions qui persistent toute la journée durant. Des questions qui commencent par et si…En arrière-plan, ce long regard intense, ce baiser volé il y a huit ans. Ce prénom et cette rencontre une belle nuit d'octobre, qui me fait me demander aujourd'hui : « Et si…»Mais non, il faut oublier même cela. Le garder juste comme un souvenir précieux, avec le secret espoir d'avoir éveillé chez cet autre la même étincelle et que lui aussi,... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 2 novembre 2007

Un très long rêve, interminable, m'a fait pleurer une grande partie de la nuit. Je me suis éveillé avec les larmes sur mes joues, elles trempaient l'oreiller, puis je me suis rendormi et ai continué de pleurer, le rêve se poursuivant, me poursuivant. D'y penser à l'instant, les larmes reviennent vite, encore, sur les joues. Je devenais orphelin, apprenant en arrivant dans son appartement vide que ma mère était morte. J'attendais de la revoir, je pleurais de ne pas avoir su l'aimer comme je devrais, je pleurais de ne pas avoir pu... [Lire la suite]
Posté par disparu à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 1 novembre 2007

À peine rentrés, nous pensons déjà à repartir dans un mois pour deux ou trois jours à Cologne. Voilà deux ans que nous manquons le marché de Noël, cette année il ne nous échappera pas.Cette nuit de février 2005, où sur un coup de tête nous décidions de partir à une heure du matin pour ma plus grande joie, je n'aurais jamais cru que cela se reproduise aussi souvent. Mon homme si casanier, si attaché à ses petites habitudes, a pourtant pris goût à ces aventures miniatures que sont chacun de nos courts voyages. Je dois à peine insister... [Lire la suite]
Posté par disparu à 09:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 23 octobre 2007

Ça va déjà mieux, le désarroi n'a pas duré trop longtemps. Nous nous consacrons maintenant pleinement - ou presque - au week-end prolongé qui nous attend ainsi qu'à l'arrivée de beau-papa et belle-maman qui vont garder la maison et la ménagerie en notre absence. Départ jeudi, retour dimanche, plus de 1200 kilomètres dans notre nouvelle voiture, un petit concert, du chocolat, du fromage, des francs et des horloges. Rien que d'y penser, ça va déjà mieux.
Posté par disparu à 16:29 - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 18 octobre 2007

Je n'aime pas trop la tournure qu'ont l'air de vouloir prendre ces derniers jours. Je ne sais pas, comme une menace qui plane, un embourbement. Heureusement, nous devons partir dans une semaine pour trois jours qui, je l'espère, vont nous offrir un répit et un vrai dépaysement. Je sens mon homme réticent, marchant à reculons, et comme à chaque fois je dois forcer un peu les choses. Et puis c'est pour mon anniversaire, il ne peut pas me faire ça, non, nous partirons, c'est sûr.Depuis ce matin je l'entends crier dans son sommeil.Depuis... [Lire la suite]
Posté par disparu à 10:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]