Face A

Language is easy but talking is not

mardi 21 octobre 2008

Thé à l'orange et premières flambées dans la cheminée. C'est bien l'automne qui s'installe, oscillant entre journées estivales et pluies diluviennes. Dans mon bureau, mon fief, mon antre, j'apprécie le silence et le rythme lent du matin, jour après jour. La cocotte en fonte qui mijote sur le gaz répand dans la maison une agréable odeur de légumes - oui, je me suis remis à cuisiner depuis plusieurs mois déjà et c'est un véritable plaisir. Comme il y a un an, ma mère vient passer quelques jours ici cette fin de semaine, quel hasard,... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 septembre 2008

J'y pensais hier soir, justement, à ces longues semaines, à ces longs mois, à ces quelques années passés loin de moi.À mener pour un temps que l'on sait limité une vie de labeur et d'enfermement. Un stage, un contrat à durée déterminée, une année d'études, de préférence à l'étranger, dans un endroit où l'on n'aura pas le temps de s'attacher, de nouer des liens. C'est une épreuve grisante et anesthésiante à la fois ; se plonger dans l'inconnu, seul, s'y habituer, y trouver son rythme nouveau, sa routine, le plus souvent seul, et s'en... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 20 septembre 2008

(tous les jours je viens ici, et quand s'ouvre la page "nouveau message", je repars)
Posté par disparu à 12:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]
dimanche 13 juillet 2008

À défaut d'avoir nous-mêmes des enfants - et quand bien même le pourrions-nous, je doute que nous en ayons eu - nous nous sommes attachés et veillons sur quelques jeunes du quartier, que nous avons vus grandir pour certains. Pour ceux qui avaient onze ou douze ans lors de notre arrivée, il y a plus de six ans, la métamorphose a été radicale. Ce sont aujourd'hui des jeunes gens (le hasard fait qu'il s'agit exclusivement de garçons) et nous ne pouvons nous empêcher de toujours les considérer comme des gamins. Ainsi le petit D., qui... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 11 juillet 2008

Il y a si peu à dire. Une infime quantité de choses elles-mêmes infimes. Un sentiment confus de délitescence, de flottement humide et venteux. Ces jours sont mornes, exempts d'horizon. Pleins de manques, d'envies avortées, de projets qui n'en sont pas. Rien de concret ou de solide sur quoi s'appuyer, rien à étreindre d'autre que sa main quand, la nuit, il gémit dans son sommeil.Nous sourions, nous parlons, nous vivons mais il n'y a pas de joie.Un simple moment creux dans la parenthèse toujours haïe de l'été. Nous nous ressaisirons... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 21 mai 2008

Depuis quelques mois, la petite ville où nous habitons est frappée d'une inquiétante gangrène, qui me met terriblement mal à l'aise. Ils sont de plus en plus jeunes, et surtout de plus en plus nombreux. Visiblement, manifestement, sensiblement, à vue d'œil ; chaque fois que je vais à pied en centre-ville, j'en croise de plus en plus, par petits groupes. Le même crâne rasé, la même marque de vêtements, et surtout les mêmes insignes et symboles cousus sur les manches, dans le dos, sur le cœur ou portés en pendentif. Le pire, c'est que... [Lire la suite]
Posté par disparu à 10:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 3 mai 2008

Ma mère est donc rentrée vivante - et enthousiaste - de son voyage au bout du monde. Durant ces deux semaines, mon homme me demandait sans cesse « mais quand-est-ce qu'elle revient ? Elle me manque ! » Des paroles inimaginables il y a encore un an de cela. Il passe plus de temps au téléphone avec elle en une seule soirée que je ne peux en passer en une semaine entière. Je crois qu'il a enfin trouvé le mode d'emploi et sait désormais décrypter les intentions de ma mère ; ou plutôt, il a plus précisément appris qu'il n'y avait rien à... [Lire la suite]
Posté par disparu à 16:16 - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 10 avril 2008

Je viens de raccrocher et un drôle de sentiment me parcourt le ventre. Comme chaque année, ma mère part dans quelques jours pour un long voyage à l'autre bout du monde. Au cours de la conversation, elle m'a donné le numéro de portable d'une des amies qui l'accompagnent. Au cas où. Je n'ai pas aimé les pensées qui semblaient animer le mouvement de mon stylo lorsqu'il notait ces dix chiffres dans mon agenda. Un bref trouble, une pensée fugace, et si…Puis le téléphone a sonné à nouveau, presque immédiatement. Le journal télévisé est... [Lire la suite]
Posté par disparu à 13:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 2 avril 2008

Mon homme a insisté pour mettre le DVD alors qu'il était déjà près de minuit et que je devais me lever tôt. J'ai râlé, puis carrément pesté quand le disque s'est interrompu plusieurs fois au même moment, pendant le générique de début, et qu'il a fallu le sortir du lecteur et le nettoyer. Je me suis énervé aussi plusieurs fois quand mon homme commentait le film, faisant des allusions sur ce qui allait suivre, sa sale manie. Puis quand je me suis couché, deux heures plus tard, un souffle avait tout balayé. Je suis monté sans un mot... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 22 mars 2008

Mars, c'est le mois des fous, me disait souvent mon père en plaisantant. Le mois des giboulées, celui où le temps ne sait plus ce qu'il fait.Aujourd'hui en effet, le ciel lui donne raison. Les giboulées se succèdent, une brève averse de grêle se voit balayée d'une éclaircie printanière mais de très lourds nuages noirs arrivent déjà au loin.Aujourd'hui il aurait eu 60 ans, ce fils de mars.
Posté par disparu à 15:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]