Face A

Language is easy but talking is not

mardi 7 octobre 2014

On tombe, on se relève à nouveauOn se brûle à chaque instantOn ment comme on respireSans craindre le pireMais la lumière nous attend.   Ce refrain-là aussi, que j’avais déjà cité il y a 10 ans… il est on ne peut plus approprié aujourd’hui, à cet instant même en plein cœur de la nuit, à la différence qu’il me faudrait remplacer lumière par poussière pour exprimer la juste place qui me revient.     (Car oui, évidemment, bien sûr que je suis revenu vers lui. Comment aurait-il pu en être autrement ?…)  
Posté par disparu à 03:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 octobre 2014

L’automne s’installe sûrement. Le ciel est bas, gris et froid. Abruti par le manque de sommeil, je tente de rattraper le retard pris dans mon travail. À la fin du mois, je vais partir 5 jours chez mon frère pour fêter en famille mes 40 ans. Ce seront là mes premières vacances depuis deux ans. Loin de tout, dans un hameau de Haute-Loire aux attraits assez limités pour moi qui aurais plutôt tendance à rechercher l’anonymat de la foule et l’agitation des grandes villes lorsque j’ai besoin de changer d’air.  Hier, soudain, ce... [Lire la suite]
Posté par disparu à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 4 octobre 2014

Après des mois sans écrire ici, et à me voir me déverser aussi soudainement, longuement et intimement, on pourra peut-être croire que je me morfonds dans un immobilisme résigné et que seules les turbulences qui me secouent le cœur me font sortir de ma réserve… Tout allait pourtant plutôt bien ces derniers mois. Bah, rien qui ne se raconte particulièrement, toujours ce quotidien de labeur et de vie millimétrée, émaillé de mes habituelles rêveries, de rares concerts et de quelques lectures tardives mais bouleversantes (Zola, que je... [Lire la suite]
Posté par disparu à 02:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 3 octobre 2014

Je trouve des terrifiants échos, des tristes résonances, complexes et qui me tenaillent le ventre. La position dans laquelle je me suis retrouvé ces derniers jours, qui tient de la caricature, m’a renvoyé à cette époque où moi aussi, jeune et insolent, j’avais sans le vouloir enflammé le cœur et le sexe d’un homme - dans des circonstances certes différentes, mais les échos sont flagrants. De cette époque je garde des souvenirs flous et un peu honteux. Brumeux d’alcool. Remettons un peu les choses en place : une double vie - déjà !... [Lire la suite]
Posté par disparu à 12:37 - Commentaires [4] - Permalien [#]
jeudi 2 octobre 2014

Tis a pity he’s a whore

Le grand jeu. La mine effondrée, les problèmes financiers, je fais ça pour l’argent mais je ne veux pas jouer avec le cœur des gens. Je suis désolé. Il m’a facilité la tâche ainsi. Enfin, un peu. Je persiste dans l’idée d’avoir perçu beaucoup d’authenticité dans les moments que nous avons partagés. Pas forcément dans les déclarations enflammées, bien sûr, mais parfois un rire, une lueur dans le regard qui laisse échapper ce petit truc qui a le pouvoir de me faire basculer. J’ai des sentiments très partagés alors que notre dernière... [Lire la suite]
Posté par disparu à 01:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 octobre 2014

Deux fois deux voies, soleil d’automne, bas sur l’horizon, blanc et éblouissant, des champs à perte de vue, le monument au mort décati dressé au milieu de ce rien gris et pâle passe très vite sur ma droite, j’appuie sur l’accélérateur, 110, je sens le limiteur qui se débloque et la poussée soudaine du moteur, 120, 130, 140, 150, 160, la musique me pousse aussi, vers le soleil, la blancheur du ciel, parfois je souhaiterais que cette route ne cesse pas et me fondre dans ce soleil blanc.  Je rentre à la maison, l’estomac toujours... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 1 octobre 2014

Le vieil homme et le diable

Une tentative d’adieux aussi déchirants que pitoyables. Mes larmes, pour qui sont-elles en cet instant ? Pour la beauté déchirante de la jeunesse insouciante ? Pour le temps qui me file entre les doigts et la cruauté de me voir envoyer en pleine face le reflet de ce dirty old man qui le faisait sourire ? Pour la rage rentrée et silencieuse que m’inspire cet épisode ? Pas pour les sommes folles dépensées en une semaine, non. L’autre soir, une plume amie m’écrivait après un appel un peu désemparé de ma part : « Il faut que... [Lire la suite]
Posté par disparu à 03:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 28 septembre 2014

Valery ou la double vie

OK. Ces pages sont suffisamment désertées pour essayer. Tout se passe ici dans la solitude de mon bureau, isolé à l’étage. Mon antre, où je passe nécessairement le plus clair de mon temps. Le plus obscur de mon temps aussi. Comme ces dernières semaines où, de lien en lien, je suis arrivé sur ce site. En première page, des vignettes donnent le ton. Des centaines de caméras branchées dans l’intimité de ces centaines de corps qui n’attendent plus que les voyeurs à l’affût. Promis, je resterai loin de tout ça. Je ne ferai que regarder... [Lire la suite]
Posté par disparu à 15:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 27 septembre 2014

En quelques jours à peine, dans la fange. Tout en bas, tout au fond. Ça me ressemble tellement. C’est tout moi, tout craché. Oui c’est ça : un crachat. Jeté en plein visage, en plein cœur, en plein ventre. Partout où ça fait mal, partout où ça fait du bien aussi. Terriblement excitant, effroyablement frustrant.  Il n’aura fallu qu’un instant. À moi de faire en sorte qu’il ne dure pas trop longtemps, cet instant. Comme toujours.
Posté par disparu à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 16 juin 2013

  Nous allons donc nous revoir dans un mois et passer à nouveau une soirée ensemble. Alors que le semestre qui vient de s’écouler avait éteint lentement les braises rougeoyantes d’octobre et que les cendres de ce souvenir auraient pu trouver place dans une urne sur l’étagère à côté de tous mes autres fantômes, je pourrais me demander si c’est vraiment une bonne idée. Depuis trois ou quatre jours, mon imagination est plus que jamais fertile. Je me revois il y a près de 9 ans (!), écrivant ici-même des pages angoissées à l’idée... [Lire la suite]
Posté par disparu à 01:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]