Face A

Language is easy but talking is not

mercredi 3 janvier 2007

À l'image du ciel cotonneux, les jours qui s'écoulent. Je me lève tard, très tard depuis deux semaines. Je ne sais pas, impossible de sortir des draps chauds et des bras de mon homme qui me ceinturent tendrement. Le réveil a beau sonner, le travail a beau m'appeler, impossible.Ensuite, le café chaud dans le cocon de mon bureau, puis la musique, encore et toujours, comme une bulle.2007, l'année enfin du « rendez-vous dans dix ans ». Ce sera fin août. Je prépare le terrain et ai déjà repris contact avec l'un des dix protagonistes, qui... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 25 décembre 2006

Je rentre d'une très longue balade avec la chienne, la nuit tombe déjà. Nous avons marché le long du canal, près de deux heures - un peu trop pour son âge - dans la brume et les odeurs de cheminées. J'aime m'éloigner ainsi ; de la maison, nous quittons très rapidement la ville et laissons derrière nous les dernières habitations qui surgissent du brouillard grâce à leurs illuminations bariolées, comme un signe de joie incongru au milieu de la grisaille. Nous marchons longuement dans l'herbe mouillée puis bifurquons au bout de... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:30 - Commentaires [6] - Permalien [#]
vendredi 22 décembre 2006

Qualifiée par certains de diva félinienne, une impression qui se confirme d'emblée : elle entre en scène telle une mama italienne mâtinée de diseuse de bonne aventure, de celles que l'on voit dans Tintin, son opulente poitrine en avant, les cheveux ornés de petites roses en couronne, drapée dans une robe et un châle pourpres, et s'approche du bord de la scène avec un regard presque menaçant. Puis elle commence à chanter, enfin non, à émettre une sorte de petit cri de mouette, entre le rire et la détresse, puis soudain la voix s'étoffe... [Lire la suite]
Posté par disparu à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 16 décembre 2006

Comme une poisse, collante. Cette fin d'année, un peu comme son début. Rien ne va vraiment mal, mais rien ne va vraiment bien non plus. Ce cambriolage, puis ces agressions répétées ces derniers jours, ces insultes entendues, ces menaces proférées, c'est usant. Nous sommes un peu à bout. Et l'humidité qui pénètre par tous les pores de la peau, ce gris, ce gris à n'en plus finir, à s'enfermer et à se blottir. Nous rouillons sous ce ciel bas et trempé. C'est son anniversaire aujourd'hui. Jeudi soir nous sortons, pour un concert autant... [Lire la suite]
Posté par disparu à 14:03 - Commentaires [4] - Permalien [#]
mardi 5 décembre 2006

Mes rêves ne me trompent pas, jamais. Je les lis toujours d'une manière évidente, c'est ma propre psychanalyse. Ceux des dernières nuits ne font pas exception à la règle ; ce jeune garçon au beau sourire que je drague éhontément.J'ai envie de te faire tout plein de bisous.- Et bien vas-y, qu'est-ce que tu attends ?J'ai envie, besoin de séduire et surtout d'être séduit. Sensible plus que jamais à la « beauté », dont je découvre qu'elle peut, pour moi, se dissimuler de plus en plus souvent derrière un trait ou une caractéristique que... [Lire la suite]
Posté par disparu à 11:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 21 novembre 2006

Adieu Deutschland

Je traîne en Birkenstock et chaussettes, ça y est, la chambre est réservée, quatrième étage sans ascenseur d'une petite pension chic avec meubles d'antiquaires, cuisine indépendante et bar à cocktails au rez-de-chaussée, en plein cœur du Schwulenviertel colonais, mais aussi marché de Noël et Glühwein à volonté, Hefeweizen et Lebkuchen, saucisses, chou et pommes de terre. Bref, l'Allemagne, quoi. Rah, vivement la fin du mois.Merde merde merde fait chier merde. Oui, je suis vulgaire quand je suis en colère, comme quand j'ai... [Lire la suite]
Posté par disparu à 13:49 - Commentaires [10] - Permalien [#]

dimanche 19 novembre 2006

J'ai vécu hier soir cette désagréable expérience - dernièrement d'actualité - de me retrouver nez-à-nez avec des cambrioleurs dans ma propre maison. Une silhouette dans le salon, un ordre de déguerpir donné à voix basse par cette même silhouette et me voilà à courir dans le jardin à la poursuite des intrus, un grand bâton à la main - en vain, ils avaient mystérieusement disparu. Un coup d'œil rapide dans le salon, l'argent était toujours là. Puis le choc, et la rage, et le chagrin et la haine de voir que la petite chienne de trois... [Lire la suite]
Posté par disparu à 13:16 - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 4 novembre 2006

Deutschland Powaaa

Je traîne en Birkenstock et chaussettes, ça y est, la chambre est réservée, quatrième étage sans ascenseur d'une petite pension chic avec meubles d'antiquaires, cuisine indépendante et bar à cocktails au rez-de-chaussée, en plein cœur du Schwulenviertel colonais, mais aussi marché de Noël et Glühwein à volonté, Hefeweizen et Lebkuchen, saucisses, chou et pommes de terre. Bref, l'Allemagne, quoi. Rah, vivement la fin du mois.
Posté par disparu à 14:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]
samedi 21 octobre 2006

Soudain ce fut la nuit noire, en plein après-midi. Je roulais depuis quelques minutes à peine et m'enfonçais dans une obscurité rayée de traînées obliques qui claquaient contre le pare-brise. Puis tout à coup, le soleil au loin, comme la promesse d'un jour nouveau. La radio jouait cette chanson que je chante toujours à m'en déchirer la voix, trop haute pour moi. Je montai encore le volume et aperçus, avant d'entrer dans la lumière, un grand arc-en-ciel qui découpait le ciel. J'étais sauvé.
Posté par disparu à 16:02 - Commentaires [7] - Permalien [#]
samedi 14 octobre 2006

[re]construction, [r]évolution

Je me trouve aujourd'hui tel que jamais je n'aurais cru il y a quelques années. Une vraie petite révolution en somme, mais tellement inaperçue au fil des ans qu'elle n'en est pas vraiment une. Une [r]évolution donc, avec ses retours en arrière et ses pas en avant, ses boucles complètes ou inachevées. Ma reconstruction aussi, toujours en chantier, construction permanente d'un moi en perpétuel modelage. D'où les crochets de ce titre que je fais disparaître aujourd'hui. Alors c'est maintenant Face A pour ce que je voudrais bien dire au... [Lire la suite]
Posté par disparu à 12:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]