Face A

Language is easy but talking is not

mardi 18 novembre 2014

  La secrétaire de la compagnie d’assurance : « Ah, ce n’est pas pour votre voiture, mais pour celle de monsieur ? » La factrice : « Oh, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas vu, ces derniers temps c’est surtout monsieur qui m’ouvre la porte ! ». J’en ris toujours beaucoup avec monsieur, mais je me demande à chaque fois comment je dois le prendre. Bah, bien je suppose, tant qu’elles ne m’appellent pas madame.
Posté par disparu à 02:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 novembre 2014

Flashback, 3 novembre

À chacun son chemin, chacun ses déchirures,Mais je les ressens comme toi. Assis dans la pénombre striée d’éclairs de lumière blanche, je m’appuie contre le dossier de mon siège pour être légèrement en retrait et cacher les larmes qui affluent soudain sur ce refrain que je connais pourtant par cœur et qui ce soir, parmi la foule qui peuple l’Olympia, s’adresse directement à moi et me touche en plein cœur.  
Posté par disparu à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 novembre 2014

Tête levée vers le ciel, je guette Orion qui commence à pointer en milieu de nuit par-dessus les toits, annonçant l’hiver. Perchées juste derrière moi les unes contre les autres, les poules semblent râler comme si j’avais troublé leur sommeil. Je dirige brièvement la lampe dans leur direction, pointée vers le bas pour ne pas les éblouir, et souris de les voir ainsi, semblables à trois vieilles dames enveloppées dans de gros manteaux sur le banc d’un jardin public, pestant entre elles après des jeunes un peu bruyants. De retour dans... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 9 novembre 2014

26 septembre, 09 novembre

Un mois et demi et un désastre sans nom. Mais que s’est-il passé, bon Dieu !? Qui que vous soyez, où que vous soyez, donnez-moi enfin la force dont j’ai tant besoin.  
Posté par disparu à 16:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 4 novembre 2014

Le lourd sac de cuir en bandoulière, j’attends que le train redémarre pour traverser la voie de la petite gare sous un bas soleil d’automne. Une fois la dernière voiture passée, je les vois qui m’attendent sur le quai opposé, ma mère me montrant du doigt à mes neveux à peine intimidés. À peine sommes-nous arrivés à la maison que me parvient son message sur mon téléphone. I apologise for last night. Les jours suivants seront ainsi ponctués de messages et surtout de photos plus bandantes les unes que les autres. Tandis que mon... [Lire la suite]
Posté par disparu à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]