Face A

Language is easy but talking is not

lundi 17 novembre 2014

Flashback, 3 novembre

À chacun son chemin, chacun ses déchirures,
Mais je les ressens comme toi.

Assis dans la pénombre striée d’éclairs de lumière blanche, je m’appuie contre le dossier de mon siège pour être légèrement en retrait et cacher les larmes qui affluent soudain sur ce refrain que je connais pourtant par cœur et qui ce soir, parmi la foule qui peuple l’Olympia, s’adresse directement à moi et me touche en plein cœur.

 

Posté à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire