Face A

Language is easy but talking is not

mercredi 29 octobre 2014

C’est donc le cœur broyé que je vais prendre le train demain matin. Je vois venir le jour où je vais m’effondrer tout à coup comme une pauvre loque, tant j’aurai encaissé sans broncher. Si contrecoup il y a, il risque d’être terrible.
Posté par disparu à 01:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 27 octobre 2014

5 jours, 40 ans, 1 mois

  I will never forget my 40th birthday. Je pars mercredi matin, loin de tout, et j’appréhende terriblement ces cinq longues journées en famille. Pour de forcément mauvaises raisons. Pas seulement en raison de l’isolement, pas seulement en raison de la présence de la mère, des neveux et des autres, pas seulement en raison de cette campagne vite ennuyeuse. Aujourd’hui j’ai eu 40 ans, et aujourd’hui j’ai toujours l’impression d’en avoir quinze. Pour de forcément mauvaises raisons. Un mois tout rond aujourd’hui, et une dernière... [Lire la suite]
Posté par disparu à 00:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 25 octobre 2014

Arriverai-je un jour à parler au lieu d’écrire, à dire au lieu de taire, à provoquer au lieu d’espérer, à faire au lieu d’attendre, à vivre au lieu de rêver ?
Posté par disparu à 02:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 20 octobre 2014

Favoris/Perso/Webcam de ******* Oui. Se forcer à le regarder malgré la boule au ventre. Le regarder en train de faire sa pute et de presque supplier les dizaines de mateurs présents sur sa cam de lui demander un show privé. Il m’écrivait il y a une heure à peine à quel point il était confus. À voir sa trique, ses regards de braise et ses sourires aguicheurs, il n’a pas vraiment l’air confus. Le regarder, tenir le coup, surtout sans intervenir, pour se persuader à quel point il se fout de toi comme de sa première chemise. Espérer... [Lire la suite]
Posté par disparu à 00:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 octobre 2014

Une plaine dévastée, sans cesse battue par des vents contraires. Plus rien ne pousse là, tant les tempêtes, les sécheresses et les déluges y sont violents, chacun à son tour. La vie s’est réfugiée sous la terre où grouillent désormais des peuples d’insectes affamés que plus rien ne peut repaître. Invisibles à quiconque passerait par là, ils accomplissent pourtant leur travail de sape sans relâche, minant le sol déjà fragile de cette terre brûlée. Qu’une éclaircie arrive, elle sera bientôt contrariée par une bourrasque inattendue et... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 octobre 2014

Quarante ans, dans dix jours. Il y a dix ans, j’écrivais ici ou ailleurs, sur un de ces journaux sans cesse effacés et recommencés, que l’année de mes trente ans allait peut-être s’avérer décisive, que bien des choses allaient changer. Belle tentative d’auto-persuasion !  Je sais désormais, avec certitude. Ma faiblesse, mes constants atermoiements, ma propension à ne regarder finalement qu’en arrière ; même lorsque mon regard semble tourné vers l’avant, ce sont les bribes de mon passé que je guette, les miettes de ma candeur... [Lire la suite]
Posté par disparu à 14:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 14 octobre 2014

Pour la première fois depuis longtemps, ce soir le ciel était découvert lorsque je suis sorti dans la cour après le repas. À dire vrai, je l’avais de toute façon quelque peu délaissé ces deux dernières semaines tant mes pensées étaient tournées vers autre chose. Tout à l’heure, la chienne à mes côtés, j’ai machinalement levé les yeux et je me suis étonné de voir autant d’étoiles. La traînée diaphane de la Voie Lactée presque au zénith, le carré de Pégase, Andromède et Persée étonnament riches de nombreuses étoiles dans ce ciel... [Lire la suite]
Posté par disparu à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 octobre 2014

Deux semaines et demi

Au coucher, peu avant le petit matin. Au lever, tout à l’heure. Au moment de prendre le clavier et de rédiger pour la énième fois, à son attention, un long message confus et misérable. À chaque fois, les mêmes larmes amères. De moins en moins retenues. Les digues semblent se fissurer.  Depuis plus de deux semaines maintenant, j’encaisse une vague d’émotions parmi les plus complexes, les plus contradictoires et les plus dévastatrices qui soient. Ce garçon est un miroir qui me renvoie en plein cœur un flot continu d’images et... [Lire la suite]
Posté par disparu à 13:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 8 octobre 2014

Quitte à me répéter, quitte à mettre à nu ma navrante posture, je veux juste essayer d’exprimer au mieux tout ce qui bout en moi. Sans jugements ni leçons de morale.    Voilà donc l’histoire, usée jusqu’à la corde, affligeante. Il est dix-sept heures. Le vent souffle et la lumière sans cesse changeante me pousse à me lever toutes les dix minutes pour tirer mon rideau dans un sens puis dans l’autre. Je ne sais combien de fois par jour ma souris suit ce chemin dans les menus de mon navigateur, c’est devenu automatique. Le... [Lire la suite]
Posté par disparu à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 7 octobre 2014

On tombe, on se relève à nouveauOn se brûle à chaque instantOn ment comme on respireSans craindre le pireMais la lumière nous attend.   Ce refrain-là aussi, que j’avais déjà cité il y a 10 ans… il est on ne peut plus approprié aujourd’hui, à cet instant même en plein cœur de la nuit, à la différence qu’il me faudrait remplacer lumière par poussière pour exprimer la juste place qui me revient.     (Car oui, évidemment, bien sûr que je suis revenu vers lui. Comment aurait-il pu en être autrement ?…)  
Posté par disparu à 03:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]